Orte filtern
20.3. l’équinoxe de printemps
Ballon d'Alsace

A l’équinoxe de printemps, si on l’observe depuis le Ballon d’Alsace, le soleil se lève derrière le Ballon de Forêt Noire à 70 km

Anfang Mai / Beltene
Ballon d'Alsace

Au début du mois de mai, environ 40 jours après l’équinoxe, Beltene marque pour les Celtes le début du semestre d’été. A Beltene, si on l’observe depuis le Ballon d’Alsace, le soleil se lève au-dessus du Grand Ballon.

21.6 solstice d’été
Ballon d'Alsace

Au solstice d’été, le soleil se lève au nord-est au-dessus du Markstein, en direction du Petit Ballon.

Anfang August / Lugnasad
Ballon d'Alsace

Au début du mois d’août, environ 40 jours après le solstice d’été, Lugnasad marque pour les Celtes la fête des moissons. A Lugnasad, si on l’observe depuis le Ballon d’Alsace, le soleil se lève au-dessus du Grand Ballon.

22.9. l’équinoxe d’automne
Ballon d'Alsace

A l’équinoxe d’automne, si on l’observe depuis le Ballon d’Alsace, le soleil se lève derrière le Ballon de Forêt Noire à 70 km.

Anfang November / Samhain
Ballon d'Alsace

Au début du mois de novembre, environ 40 jours après l’équinoxe, Samhain marque pour les Celtes le début du semestre d’hiver. A Samhain, les trois sites celtiques Britzgyberg, Basel-Gasfabrik et Augusta Raurica sont alignés sur une ligne projetée vers le lever du soleil.

21.12. Solstice d’hiver

Le soleil se lève au sud-est derrière le Tödi dans les Alpes de Glarus, entre les deux se trouve le Jura Belchen

Anfang Februar / Imbolc
Ballon d'Alsace

Au début du mois de février, environ 40 jours après le solstice d’hiver, Imbolc marque pour les Celtes le milieu de la saison sombre. A Imbolc, les trois sites celtiques Britzgyberg, Basel-Gasfabrik et Augusta Raurica sont alignés sur une ligne projetée vers le lever du soleil.

Le monastère disparu

La «porte du ciel» à Tennenbach

La chapelle du monastère disparu «porte du ciel»

Seul à la lisière tranquille de la forêt dans la vallée du Tennenbach, sur la route du Freiamt Ottoschwanden, se dresse la chapelle du Tennenbach, un joyau de l’architecture du début du gothique dans le strict style cistercien. Sur les clés de voûte, on peut voir un agneau de Dieu et une main prêtant serment ; dans le chœur, un Agnus Dei et la main de Dieu.

Presque personne ne se doute que dans cette idylle rurale, il y avait autrefois une vie animée dans une abbaye aux dimensions gigantesques sous le patronage des margraves de Bade – les seigneurs de la forteresse voisine de Hachberg. La petite chapelle était probablement autrefois le lieu de culte des moines malades qui ne pouvaient pas assister aux célébrations dans la grande église abbatiale. L’abbaye a depuis longtemps disparu mais le château de Hachberg (aujourd’hui appelé la forteresse) s’élève vers le ciel comme une imposante ruine sur un éperon rocheux. De charmantes sagas et légendes parlent d’une vierge qui serait la gardienne d’un riche trésor. La nuit, on dit que la femme blanche manipule son trousseau de clés dans les couloirs et les salles détruites. Par les nuits de pleine lune, elle parcourt toute la vallée en chantant. Mais sur le chemin du retour, elle pleure et sanglote bruyamment jusqu’à ce qu’elle disparaisse dans les ruines du château.

Aujourd’hui, seules la petite chapelle à l’orée de la forêt et l’auberge Zum Engel, située dans un ancien bâtiment agricole du monastère, stémoignent de l’ancienne puissante abbaye.